Terrorisme en Afrique : un frein au développement du tourisme africain ?

Par le 01/07/2019 0 46 Views

Ces deux dernières décennies ont vu l’Afrique être le théâtre de multiples attentats terroristes. Les groupes terroristes se sont installés dans plusieurs régions des pays africains notamment dans les villes du nord faisant de plusieurs régions africaines, des zones à risques. Face à ces menaces et refusant de se laisser intimider, les états africains multiplient aussi des offensives pour arriver à stopper les actes terroristes. Mais la tâche reste ardue plombant le tourisme africain.

De mars à juin 2019, plusieurs pays africains ont connu des actes terroristes commis sur leur territoire. De la Tunisie en passant par le Mali et même le Bénin. La radio en ligne DW.com informe que « la région de l’Afrique de l’Ouest est troublée ces dernières semaines par l’insécurité liée au terrorisme. Officiellement pour la première fois, ce mois de mai il y a eu enlèvement de touristes dans le Nord du Bénin. Officiellement aussi pour la première fois, en avril des djihadistes ont été identifiés et interpellés sur le sol du Togo ». Au Bénin, deux touristes Français et leur guide Béninois Fiacre Gbédji sont portés disparus le 1er mai 2019 alors qu’ils étaient partis pour une visite touristique à l’intérieur du Parc de la Pendjari. Quelques jours après, la thèse de l’enlèvement s’est confirmée avec la mort du guide. Ils seront libérés le vendredi 10 mai 2019, lors d’une opération militaire menée par la France au Burkina Faso. Au Mali, une attaque a fait au moins 95 morts dans le village de Sobame Da, dans la nuit de dimanche à lundi 10 juin. 19 personnes sont toujours portées disparues. Le gouvernement soupçonne les auteurs du drame « d’être des terroristes ». A Tunis, Jeune Afrique informe « qu’un homme s’est fait exploser jeudi matin à l’angle de l’avenue de France et de la rue Charles de Gaulle à Tunis, tuant un policier et causant plusieurs blessés. Une deuxième explosion s’est également produite non loin de la Primature. Le ministère de l’Intérieur a confirmé la piste terroriste ».

Les terroristes sont de plus en plus présents sur le continent
Image: Babacar Ndiaye

Sur son blog, abordant la question du terrorisme en Afrique, l’Expert-Consultant International indépendant sur les questions de sécurité en Afrique de l’Ouest et de risques-pays pour des organisations basées en Europe, au Canada et en Afrique, Babacar Ndiaye explique « Aqmi est un acteur majeur dans la déstabilisation de l’Etat malien avant l’intervention française en 2013. Il étale ses « tentacules » du nord de l’Algérie au nord du Mali. Boko Haram est présent sur le nord-est du Nigeria. Les Shebab ont contrôlé pendant des années la capitale et des villes de la Somalie. Depuis l’intervention de la force de paix de l’Union africaine (Amisom), ils sont plus présents dans les zones rurales du sud du pays. Plusieurs groupes djihadistes disséminés en Afrique du Nord ont rejoint les rangs de Daech ces derniers mois. Ils sont localisés en Libye, en Algérie, en Egypte, en Tunisie. Depuis quelques années, le continent africain est devenu le centre de gravité du terrorisme mondial ». L’expert insiste pour préciser que « l’Afrique de l’Ouest a connu ces dernières années une prolifération de groupes terroristes très actifs. Le phénomène islamiste a pris une tournure inquiétante dans la région ce qui en fait une des zones les plus dangereuses du monde ».

Un fait qui loin d’être une question de sécurité n’avantage pas le développement du tourisme dans les parties menacées.

Des terroristes ont enlevé deux français et leur guide su rle site du Parc Pendjari au Bénin
image: Parc Pendjari

Un coup dur pour le terrorisme

67 millions ! c’est le nombre de visiteurs qu’a connu l’Afrique en 2018. Selon les chiffres, l’Afrique est la deuxième région du monde où le nombre de touristes a le plus augmenté en 2018, après l’Asie. Selon l’agence Ecofin, « Si les destinations les plus prisées du continent restent des poids lourds de l’économie africaine comme le Maroc, l’Egypte ou l’Afrique du Sud, d’autres pays comme le Rwanda, le Bénin ou la Tanzanie ont commencé à développer de véritables politiques touristiques. Ces politiques ont permis d’augmenter la part du tourisme dans l’économie des pays du continent ». Pour confirmer ces dires, le rapport « Travel & Tourism Economic Impact 2017, Sub Saharan Africa », le Conseil mondial des voyages et du tourisme, indiquait que la contribution totale du tourisme au PIB du continent, évaluée à 108,0 milliards USD (7,1% du PIB) en 2016, se situera à 178,5 milliards USD en 2027 (soit 7,3% du PIB). Les chiffres sont donc clairs. Le tourisme constitue une part importante dans le développement des pays africain.

En mai 2019, alors que le Bénin connaissait le premier acte terroriste sur son sol, le tourisme béninois a été menacé. L’enlèvement des deux français s’est fait sur le site du Parc Pendjari, principal lieu touristique du Bénin, classé patrimoine mondial de l’UNESCO. Alors que le développement du tourisme est l’un des projets phares du Programme d’Action du Gouvernement Talon. Après cet enlèvement, les réticences à visiter le parc ont été observées sur les réseaux sociaux. Le Gouvernement à travers une communication offensive a essayé de réparer les tords en communiquant d’autres mesures de sécurité qui ont été mises en place sur le site. Le point.fr abordant la question explique qu’en « dix ans, la carte de l’Afrique s’est graduellement teintée de rouge dans les chancelleries française et britannique, pour qui cette couleur marque les zones « formellement déconseillées » aux voyageurs. Le département d’État américain fait, quant à lui, de l’Afrique le continent le plus risqué en déconseillant à ses citoyens une majorité de pays africains ». C’est de ce fait, le tourisme qui est le secteur le plus touché par ces menaces. Dans son rapport 2016, l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) disait que « l’activité touristique a chuté de 6 % depuis 2015 et les recettes générées de 3%, en raison essentiellement des menaces terroristes dans les huit États-membres de l’organisation ».

Les zones où les terroristes sont présents sur le continent avec le nom de ces groupes
Image: la croix

Face à ces chiffres et à toutes ces zones marquées rouges sur le continent, les dirigeants déploient des mesures sécuritaires pour attirer plus de visiteurs et surtout faire reculer la menace terroriste. Lors du dernier sommet de la CEDEAO, le Président de la CEDEAO, Muhammadu Buhari dans son discours d’ouverture, a appelé ses homologues à réfléchir sur une ligne de conduite unique en termes de sécurité dans la région ouest africaine.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo