Les Écureuils du Bénin, Sado-Maniés vers Sadio Mané

Par le 06/07/2019 0 113 Views

Lorsqu’ils ont avalé tout cru Les Éperviers du Togo pour se qualifier, Adébayor a pris sa retraite et Claude Leroy a vu sa sorcellerie rogner. Après, une mort rapide, certaine et subite leur sera promise dans un groupe mammifère de griffes vénéneuses et de dents venimeuses. C’est bien l’histoire d’un écureuil dans la même cage qu’un lion indomptable, un lycaon  et une étoile noire comme un carnivore.

Je vous raconte!

Personne ne savait que le Bénin était même dans un groupe avant le début de cette Coupe d’Afrique des Nations. Et ce n’est pas à cause de leur palmarès copier/coller comme l’armoirie de Messi en équipe nationale. Au contraire, c’était le rendez-vous de Sadio Mané, de Salah, de Zyech, des frères Ayew, même de Choupo-Moting, ou encore de Seedorf, sans oublier la pépite Pépé et j’en pipe ! Qui connait un seul joueur du Bénin ? Autant les supporters béninois vous citeront en intégralité les joueurs de l’équipe de France, autant ils ignorent tout sur les leurs. Qu’importe ! « Allez les Écureuils » suffira.

Les étoiles noires vont attaquer en premier, les écureuils vont les éteindre de toutes leurs lumières d’abnégation et les rongeurs peuvent bomber le dos rond. Le ministre aux anges va offrir une prime de victoire pour un match nul, non sans effet. Le message est désormais clair et net et sifflera comme une clarinette pour les confrontations à suivre : Match nul = Victoire ! Dussuyer nous proposera un menu entrée Deschamps avec dessert Mourinho.

Quand vint le tour des Lycaons, et comme personne ne connaissait le régime Bisseau-Guinéen, évidement la prétention ou la fierté démesurée des dahoméens voulait que les descendants des amazones fassent d’une bouchée de noisette son deuxième adversaire. Il n’en sera rien.

Et quand le troisième adversaire, le roi de la forêt en titre de cette compétition arriva, les bras des gradins tombèrent sur la tête. Et les procès fanatiques vont commencer. Sesssegnon pour les uns, la retraite et Mounié pour d’autres loin des attentes surtout que Poté peut toujours botter entre les poteaux, il sera le vrai poto.  Ce sera plutôt Allagbé, le gardien béninois qui va confirmer que l’écureuil est un animal volant et son équipe prendra un Air-Huitième-de-finale. Sensation ! Historique !

 

Jusque là personne ne veut vraiment croire que le Bénin joue la CAN. Le prochain adversaire sera encore un Lion. Celui de l’Atlas et… d’un autre sorcier blanc. La troupe du pays du Vodoun ne va pas trembler ayant déjà un sorcier blanc sur sa liste noire et un lion dompté, les marocains se disaient toujours que ce serait du couscous. Ils vont faire un ramadan qui va durer le temps d’une prochaine CAN, eux les favoris tandis qu’aux béninois, les faveurs rient.

Prochaine aventure, un autre Lion. Celui de la Téranga. Le dicton qui dit « jamais deux sans trois » prendra ou perdra toute sa science fiction et c’est le cas de le dire.

Une équipe du Bénin sans fond de jeu, avec une défense dite solide, face jusqu’ici à des attaquants sans lucidité et sans précision, qui accepte de subir en grande générosité façon « sado-maniée » sera face aux griffes de la troupe de Sadio Mané au prochain tour. Les Lions sont plus que prévenus et Les Écureuils peuvent les rendre coupables de tout. A bon footballeur …?

En tout état de foot, demi-finale ou pas, les écureuils du Bénin ont déjà gagné leur CAN en attendant toujours leur toute première victoire en cette compétition. Mais qu’importe et alors ! L’évangile du Vodoun est proclamée « Le Bénin joue la CAN, et tous les béninois y croient, vous aussi. » Amen les Ecureuils !

Le Tacticologue