Être LGBT+ en Afrique

Par le 02/12/2021 0 712 Views

C’EST UN DÉBAT PUBLIC

Les codifications et les interdits sont nombreux en Afrique. Dans certaines communautés les questions de sexualité, le désir, le plaisir, la relation en couple sont toujours abordés délicatement. Mais le débat sur l’homosexualité devient de plus en plus public. Merci à Internet qui a quand même un peu accéléré les choses. Commençons par expliquer de quoi il s’agit exactement. L’homosexualité est une orientation sexuelle caractérisée par une attirance sexuelle ou par des sentiments amoureux envers une personne du même sexe ou genre. On parle de « gays » pour les couples d’hommes, ou de « lesbiennes » pour les couples de femmes. Et ce n’est pas nouveau. L’homosexualité a toujours existé. Ici, ailleurs et dans le monde entier !

L’HOMOPHOBIE QU’EST-CE QUE C’EST?

Revoyons les bases. C’est quoi l’homophobie ?

La phobie c’est la peur et l’homophobie la peur des personnes homosexuelles. Certaines personnes sont gênées ou dégoûtées par les homosexuels. Elles refusent la différence et pensent qu’on ne doit pas aimer une personne du même sexe que soi; qu’être homosexuel est contre nature. L’homophobie existe partout. Sur Internet, à la télé, dans la rue, dans le sport, dans la famille, dans les administrations, partout. Après il y en a plusieurs types. D’un côté vous avez les homophobes discrets. Des gens qui n’aiment pas ça, ça les dérange mais ils le gardent pour eux. Et ce n’est pas un problème. Chacun à sa sensibilité et a le droit d’être gêné. Mais d’un autre côté il y a ceux qui le crient haut et fort. Ceux qui insultent, menacent et frappent ou agressent les homosexuels.

NOS PRÉJUGÉS

Il n’y a pas que les homophobes qui ont des préjugés sur l’homosexualité, nous en avons tous. Tout d’abord est-ce que l’homosexualité est un choix?? Je n’en suis pas aussi sûr quand je vois tout ceux qui passent toute une vie à le cacher ou le taux de suicide 4 fois plus important chez les jeunes qui se découvrent homosexuels. Selon moi, la seule chose que décide un homosexuel, c’est de retenir sa pulsion, de la cacher ou de l’assumer en se heurtant à la colère et au jugement des gens.

LA GÉOGRAPHIE DES DROITS HOMOSEXUELS

Taboue hier, la question fait aujourd’hui partie du débat public. La parole se libère, pour le meilleur parfois, souvent pour le pire. Dans le monde, la législation varie beaucoup d’un pays à l’autre vis à vis de l’homosexualité. En Afrique revendiquer sa préférence pour une personne du même sexe s’apparente à une opération suicide. Certains pays se montrent plus tolérants. Dans le top 4 : l’Afrique du Sud, le Cap vert, le Mozambique et la Namibie. A l’inverse les moins amicaux envers les personnes homosexuelles sont les sénégalais, guinéens, ougandais, Burkinabés et Nigériens. En gros, 33 pays africains criminalisent encore l’homosexualité. Dans les autres, être homosexuel est passible de prison, jusqu’à perpétuité dans certains cas. La peine de mort est même encore appliquée en Mauritanie, au Soudan, dans certains États du nord du Nigéria et dans des régions du sud de la Somalie. Dans quelques pays africains il n’existe pas de lois pénalisant l’homosexualité mais cela ne signifie pas qu’on peut y vivre sereinement. Les cas de lynchage et de châtiment corporel sont encore nombreux. Le seul pays d’Afrique qui a fait un énorme progrès vis à vis de la question est l’Afrique du Sud. Passant d’un état ségrégationniste à une démocratie, l’Afrique du Sud a autorisé le mariage homosexuel dès 2006.

LES ORIGINES DE LA RÉPRESSION

L’action pour la régression de l’homophobie en Afrique se heurte systématiquement à la fierté de la « culture africaine ». C’est à dire que dans chaque recoin homophobe de l’Afrique, vous pouvez être sur de tomber sur une glorification de la « culture africaine ».

Les défenseurs d’une intégrité sexuelle africaine rejettent l’homosexualité au motif qu’elle serait l’expression d’une conspiration occidentale visant à pervertir l’authenticité sexuelle africaine . « L’homosexualité n’est pas africaine » c’est ce qu’on entend le plus. Certains allant même jusqu’à dire que « c’est une maladie de Blancs ». Les populations considèrent qu’il s’agit d’une « déviance européenne ». L’homophobie africaine prend également racine dans la religion. Encore aujourd’hui, certaines confessions, parfois fusion de religion traditionnelle et importée, prêchent l’exclusion des LGBT.  Les africains évoquent le christianisme ou l’islam comme élément constitutif de l’identité africaine, ( ces croyances viennent pourtant du colon ). Mais il font de l’homosexualité une pratique importée de l’Occident, donc non africaine. L’enracinement en Afrique de l’homophobie, et les comportements sexuels ultraconservateurs résultent tous du processus de tribalisation de l’Afrique durant la colonisation. L’homophobie n’a en réalité rien d’africain.

Heureusement, les mœurs évoluent. Tout le monde à le droit d’être différent et d’ailleurs une journée de lutte le rappelle chaque 17 mai. Même si tout le monde n’est pas d’accord, ces avancées montrent que le regard sur les homosexuels est en train de changer. Et C’est notamment grâce aux associations qui aident les homosexuels, jeunes ou adultes, à faire entendre leurs droits. Vous aussi vous avez le droit de donner votre avis sous cette vidéo, dans les commentaires. Avant de swipper, n’oubliez pas mettez un like. Je vous dit a jeudi prochain.

  Blog