Développement en Afrique : les responsabilités de la femme africaine

Par le 18/02/2020 0 69 Views

Elle est mère au foyer, sœur, amie, épouse ! Les femmes endossent plusieurs rôles dans toutes les sociétés. Mais si ailleurs, elles sont placées au 1er rang, dans certaines sociétés telles africaines, les femmes ne sont toujours pas comptées à la table des grandes décisions. Elles subissent encore sur le continent, plusieurs maux tels que le viol, les violences, le mariage forcé, la déscolarisation, etc. Or, plus que des leviers de vitesse, les femmes sont des leviers pour le développement de l’Afrique. Vous l’aurez compris, dans cette dernière partie de notre article sur le développement en Afrique, nous parlerons de l’apport des femmes africaines.

« En autonomisant les femmes, nous participons à la construction de sociétés meilleures, plus égalitaires et plus prospères », disait déjà en 2015 lors de la Journée de l’Afrique, Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies. Alors qu’elle revêt plusieurs casquettes en Afrique, la situation des femmes n’est toujours pas comme l’aurait voulu les premières concernées. Si les hommes africains leurs reconnaissent les rôles d’épouses et de mères, il est difficile pour eux d’accepter que sur le plan éducation, elles puissent avoir les mêmes ambitions. Dans un article, le mouvement ONE attaque et dit : « nous le disons haut et fort : il n’existe aucun endroit sur terre où les femmes ont les mêmes opportunités que les hommes. Et cette inégalité touche encore plus durement les femmes et les filles dans les pays les plus pauvres. En ce moment-même, des femmes et des filles se voient refuser le droit d’avoir accès à un compte bancaire, d’être propriétaires des terres qu’elles cultivent et de recevoir l’éducation qu’elles méritent ». Plus loin l’auteur de l’article explique avec des chiffres à l’appui pourquoi la pauvreté est sexiste. « Au niveau mondial, près de 750 millions de femmes et de filles ont été mariées avant l’âge de 18 ans. Le taux de mariage d’enfants a fortement diminué dans les pays les plus riches, mais il reste élevé dans les pays les plus pauvres. Dans le monde, les filles âgées de 5 à 14 ans passent 550 millions d’heures par jour à s’occuper des tâches domestiques, soit 160 millions d’heures de plus que les garçons du même âge. En Afrique subsaharienne, seulement 23,6% des parlementaires sont des femmes. Au rythme actuel, les femmes en Afrique subsaharienne devront attendre plus de 160 ans avant d’avoir les mêmes chances que les femmes dans les pays riches de donner naissance à des enfants vivants. En Afrique subsaharienne, les femmes et les filles passent environ 40 milliards d’heures à aller chercher de l’eau, l’équivalent d’une année de travail par la population active française. 99% des décès maternels surviennent dans les pays en développement ». Ces quelques chiffres de ce mouvement, font froid dans le dos et montre la fragilité de la situation des femmes dans le monde notamment en Afrique. Or, quand on se penche sur la contribution de la femme au développement, on se rend compte combien de fois, les femmes africaines participent au développement de leurs sociétés.

Elles participent à l’éducation de la société

Femme, levier du développement

Un adage populaire dit qu’une fille à l’école, c’est l’assurance d’une belle nation. Mieux, il est dit qu’éduquer un petit garçon, c’est éduquer un individu alors qu’éduquer une petite fille, c’est éduquer une nation. Pour dire l’importance de la femme dans la société. La place des femmes dans une société constitue en effet l’un des principaux marqueurs de la démocratie, mais aussi du développement économique, social et sociétal. Car lorsque nous soutenons les femmes et les filles et respectons leurs droits, c’est toute la société qui en bénéficie. Dans un document intitulé ‘’Autonomiser les femmes africaines, plan d’actions’’, le Groupe de la Banque Africaine de Développement affirme « Les femmes, en Afrique, sont des agents économiques très dynamiques, plus que partout ailleurs dans le monde. Elles effectuent la majorité des activités agricoles, détiennent le tiers de l’ensemble des entreprises et représentent, dans certains pays, jusqu’à 70 % des employés. Au-delà de leurs activités génératrices de revenus, elles sont les principaux leviers de l’économie domestique et du bien-être familial, et jouent un rôle absolument indispensable — parfois méconnu— de dirigeants au sein de leurs communautés et de leurs nations respectives ». Dans tous les domaines en Afrique, les femmes sont importantes. Elles sont en premier rang dans les champs. Dans les milieux ruraux, ce sont elles, qui sont au premier rang dans l’agriculture et même le commerce. Elles participent à l’éducation des enfants et engendre une importante masse d’argent dans plusieurs domaines.

Mais plusieurs barrières font obstacles à la femme. Que ça soit sur le plan de l’inégalité ou sur les violences qu’elles subissent. Même si de plus en plus, la situation de la femme africaine connait une amélioration, il est important de mettre tout en œuvre pour lui garantir un avenir meilleur. Parce que le développement passe par elle !

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo