Histoire : Bienvenue au palais royal d’Abomey

Par le 04/03/2020 0 77 Views

Dans ce 1er article du mois de mars, mois de la femme, nous parlerons histoire avant d’aborder dans les articles à venir des sujets sur la femme. Il y a quelques jours, j’ai effectué une visite touristique au sein des palais royaux d’Abomey appelé encore Musée historique d’Abomey. Mais la visite s’est surtout concentrée dans le palais des rois Ghézo et Glèlè qui dispose d’un véritable patrimoine constitué de plus de 1400 objets. Ces derniers témoignent de la richesse de la civilisation du royaume du Danxomè qui a évolué pendant 3 siècles comme le dit Bénin Tourisme.

Samedi 15 février, 10h30 : avec un ami Japonais, nous prenons la route pour l’une des capitales historiques du Bénin, Abomey. Le Bénin autrefois appelé République du Dahomey, est un pays de l’Afrique de l’Ouest, situé entre le Nigéria, le Togo, le Burkina-Faso et le Niger. Avec plus de 10 millions d’habitants, le pays a abrité avant la colonisation de grands rois dont les vécus permettent aujourd’hui d’écrire l’histoire de ce beau pays. On ne peut parler du Bénin sans citer le nom des grands rois comme Ghézo, Glèlè, Béhanzin… tous rois d’Abomey. Mais revenons à ce samedi. Nous avions donc quitté Cotonou, la capitale économique du Bénin pour Abomey. La ville d’Abomey est la capitale historique du royaume du Dahomey, situé sur le plateau central à 145 km de Cotonou. Elle fut fondée au 17e siècle par le roi Houégbadja (1645-1685). L’histoire raconte qu’ancienne capitale du royaume du Dahomey (Danhomé en langue fon) (ou d’Abomey), Abomey a été fondé selon la tradition en 1625. Ce royaume militaire, remarquablement organisé, s’étendit vers la zone côtière (trafic des armes et des esclaves) et conquit le royaume d’Allada qui se reconstitua à Porto-Novo. « De 1625 à 1900, douze rois se succédèrent à la tête du puissant royaume d’Abomey. A l’exception du roi Houessou Akaba, qui utilisa un enclos distinct, chacun fit édifier son palais à l’intérieur d’un enclos entouré de murs de pisé tout en conservant certaines caractéristiques de l’architecture des palais précédents dans l’organisation de l’espace et le choix des matériaux. Les palais d’Abomey fournissent un témoignage exceptionnel sur un royaume disparu. Hostile à la pénétration européenne malgré la cession de certains comptoirs dont Cotonou, le roi Glélé (1854-1889) puis son fils Behanzin luttèrent contre les expéditions françaises. Abomey fut finalement pris en 1892 par les troupes du colonel Dodds » narre le site Bénin Tourisme.

12h45 : après avoir traversé les villes comme Allada, Sèhouè, Bohicon, et un détour au palais royal de Béhanzin à Djimè (abandonné à son sort), situé à la limite d’Abomey, nous arrivons devant les palais royaux d’Abomey. Devant nous s’étend un grand site de 47 hectares, clôturé en terre rouge, apprendra-t-on au début de notre visite. A l’accueil du palais, nous demanderons un guide anglais mais on en trouvera pas. Ils sont normalement deux mais l’un est en congés et l’autre sortit pour une course. Ceci ne nous découragera pas. Nous avons un guide français, on pourra se débrouiller. Notre guide nous expliquera avec un ton presque solennel et fier que nous sommes sur un site qui abrite le palais des roi Ghézo, Glèlè, Agboli-Agbo etc. Ce site est inscrit depuis décembre 1985 au patrimoine mondial de l’Unesco. La visite démarrera par la découverte du plan du site dans un cadre déposé juste à l’accueil. Après, nous descendons au cœur même du palais. « Les palais s’étendent sur 47 hectares. Mais nous ne pouvons visiter que 4 hectares notamment les palais des rois Ghézo et Glèlè ».

Une visite riche en histoire

Une histoire riche

Parlant des palais royaux d’Abomey, l’UNESCO explique « organisés sous forme d’une succession de cours très hiérarchisées, l’accès de l’une à l’autre étant assuré par des portails bâtis à cheval sur les murs d’enceinte principaux, les palais royaux d’Abomey constituent un ensemble architectural unique. Ces structures fortifiées complexes illustrent l’ingéniosité développée par le pouvoir royal, à partir du milieu du XVIIe siècle, pour se conformer au précepte énoncé par le fondateur du royaume Houégbadja « que le royaume soit toujours fait plus grand ». Durant notre visite, nous apprendrons sur le règne des différents rois ayant marqué Abomey et le Bénin. Nous verrons et toucherons du doigt des vestiges du passé qui ont été pour la plupart restauré au Bénin des années après la conquête du royaume d’Abomey. L’UNESCO confirme qu’il s’agit d’un inventaire réalisé en 1995 avec l’appui du Centre du patrimoine mondial qui a permis de repérer et de cartographier 184 composantes…Aujourd’hui, plus de la moitié de ces composantes ont été restaurées conformément aux normes de conservation reconnues et avec l’appui de l’UNESCO, de certains partenaires, de l’État béninois, sans oublier les familles royales.

L’histoire qui nous a marquée, reste celle du roi Ghézo et de ses 200 femmes. Le guide nous explique que lors de la mort du roi, ses femmes se sont proposées pour l’accompagner. Mais juste 41 feront le voyage avec le roi. Original Arts et Culture confirme ses propos en rapportant « lors de la mort du roi Guézo, 200 femmes se sont portées volontaires pour l’accompagner dans sa dernière demeure. Ce sont finalement 41 qu’il a choisi en rappel au chiffre sacré qui a été vu par le fâ, une technique divinatoire venue d’Ifé au Nigéria. Ainsi ces femmes ont été réunies dans une fausse commune de 5 mètres de profondeur pour accompagner le roi pour son dernier voyage. Le mausolée du roi est constitué de deux (2) cases juxtaposées reliées à un tunnel qui symbolise le passage de la vie à mort. Les cases étaient couvertes du sang des ennemis ».

Notre tourisme se terminera devant les stands des différents artisans présents dans le palais. Ils exposent différents objets qui permettent aux touristes de repartir avec des souvenirs. Toutefois, il faut noter que le palais d’Abomey a vraiment besoin de rénovation. Notre guide n’a pas pu nous faire visiter certaines cases parce que ces dernières seraient en travaux. Des travaux qui nous espérons, seront effectués sur tout le palais, pour lui redonner tout son titre de noblesse.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo