Festival International de film de Durban : le rendez-vous du 7ème art africain

Par le 29/07/2018 0 72 Views

Du 19 au 29 juillet 2018, la ville de Durban en Afrique du Sud a accueilli la 39ème édition du festival international de film de Durban. Un festival qui se déroule en parallèle avec d’autres programmes tels le Durban FilmMArt qui constitue des moments de rencontre entre tous les acteurs du cinéma.

Créé en 1979, le Festival International de Film de Durban est, après le Fespaco, le 2ème plus grand festival de film en Afrique. Il se déroule chaque année et accueille plus de 300 films et près de 30 000 visiteurs. Le festival propose également des ateliers de cinéastes, des séminaires industriels, des forums de discussion et des activités de sensibilisation qui incluent des projections dans les quartiers où les salles de cinémas sont quasi-nexistantes. En parallèle avec le déroulement du festival, il est organisé depuis 2007 le Durban talent et depuis 2009 le Durban FilmMart. Deux programmes exceptionnels qui permettent aux professionnels sud-africains et ceux venus des 4 coins du monde de pouvoir se rencontrer et d’envisager de nouveaux projets de production ou de coproduction au cours de conférences, de réunions, d’ateliers de travail, et de master classes.

Durban Talent : l’expérience inédite

Cette année pour la 11ème édition du Durban Talent, 19 cinéastes venus de 13 pays africains ont été accueillis du 20 au 25 juillet durant le festival. Ce programme de développement présenté en coopération avec Berlinale Talents est une initiative du festival International du Film de Berlin.  Il s’agit d’un programme de mentorat et de développement des compétences des critiques de cinéma émergents composé d’ateliers, de master classes et de séminaires pour réalisateurs africains. Il est animé par des professionnels du cinéma et des universitaires et est présenté en collaboration avec Fipresci, une association d’organisations nationales de critiques de films professionnels et de journalistes du monde entier. Pour Chipo Zhou, Directrice du Festival, « c’est un programme brillant pour le développement des cinéastes qui non seulement sont en mesure d’apprendre et de rassembler des connaissances grâce au programme officiel, mais aussi un endroit idéal pour entrer en contact avec des cinéastes d’autres pays, créer des réseaux et partager des idées. »  une valeur future incommensurable ajoutera t’elle.

« Briser les règles » c’est le thème de cette édition du Durban Talent. Pour Cornélia Glèlè, Réalisatrice-Blogueuse Béninoise, participante de cette édition, « il s’agit de briser les règles en cinéma, innover, ne pas rester confiner dans ce qui a été enseigné à l’école. ». Durant les 5 jours qu’a duré le programme, les participants ont travaillé avec des délégués du Durban FilmMart. Ils ont pu développer leurs projets de films grâce à des mentorats et à des laboratoires de projets guidés par des experts. « On nous a attribués des mentors avec lesquels nous avons travaillé sur tout ce qui a trait au cinéma chacun dans son domaine précis. Les matinées sont consacrées à des rencontres avec des experts pour apprendre pendant 7 minutes sur leur travail, leurs pays. Nous suivons des sections, faisons des critiques de cinéma  » nous confirme Cornélia Glèlè. Elle poursuit pour nous apprendre que la participation au Durban Talent est une expérience inédite. « Ma participation a été très bien. Comme mentor, j’ai eu Katarina Hedrén qui est une Suédoise-Ethiopienne, critique de cinéma. Elle m’a appris à écrire des critiques, à conduire des interviews, tout ce qu’il faut pour que je dirige correctement mon blog Ecran Bénin. » a-t-elle expliqué.

Durban FilmMart : l’espoir des cinéastes

Augmenter la visibilité des projets du continent africain et créer des opportunités de réseautage avec les coproducteurs potentiels et d’autres partenaires de l’industrie, faciliter le financement de projets prometteurs et accélérer le financement des projets participants grâce à la coopération transnationale, stimuler la production de contenus africains et promouvoir les opportunités de coproductions internationales, encourager la collaboration entre les cinéastes africains, agir comme une étape de départ pour les marchés de coproduction établis dans le monde entier. Tels sont entres autres les objectifs du Durban FilmMart qui a vu cette année l’organisation de sa 9ème édition. En effet, Le Durban FilmMart (DFM) est un programme conjoint du Durban Film Office (DFO) et du Festival international du film de Durban (DIFF). Il se déroule conjointement avec le Festival international du film de Durban. C’est l’opportunité de présenter des projets de films à des financiers de premier plan.

Pour l’édition 2018 qui s’est déroulé du 20 au 23 juillet, 877 délégués étaient présents, 40 pays participants dont 19 venaient d’Afrique. Au total, 52 projets ont été présentés à des partenaires, financiers, cinéastes, producteurs, distributeurs et agents potentiels pendant d’innombrables réunions. Au cours du programme, de nombreuses réunions et sessions de réseautage se tiennent entre les délégués mais aussi avec les participants venus présentés leurs projets.

Au terme des 4 jours qu’a duré le programme, une cérémonie de remise de trophées a été organisée au Southern Sun Maharani, Hôtel à Durban, le lundi 23 juillet. Toni Monty, Directeur du Durban FilmMart et du Durban FilmMart, a déclaré lors de la cérémonie : « qu’en tant que l’un des événements les plus importants de l’industrie cinématographique et financière du continent, le DFM a présenté 52 projets à des partenaires, financiers, cinéastes, producteurs, distributeurs et agents potentiels pendant d’innombrables réunions. ».

Cornélia Glélè avec son prix

La cérémonie a récompensé de nombreux talents et faire des subventions pour la production de différents films. Au nombre de ceux-ci, il y a :

  • Le Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA) qui a décerné le projet documentaire le plus prometteur au DFM, Cheese Girl, (Afrique du Sud avec l’opportunité d’assister au Forum IDFA en Europe, en novembre.
  • Afridocs, qui diffuse hebdomadairement des documentaires africains et d’autres documentaires internationaux dans 49 pays d’Afrique subsaharienne, a décerné un prix de 2 500 €, à Zinder, The Seeds of Violenc, (Niger)
  • Le prix CineMart, sponsorisé par le marché de la coproduction du Festival international du film de Rotterdam, est allé au projet de fiction, Nyanga / The Horn, (Zimbabwe). Le projet donne l’occasion d’assister au laboratoire de Rotterdam, qui est un événement de formation et de réseautage de cinq jours pour les producteurs du monde entier.
  • Festival des 3 Continents (Nantes), a récompensé le film de fiction Porta-Retrato, (Mozambique) du Réalisateur Orlando Mabasso Jr. Il aura l’opportunité d’assister à son programme d’ateliers de développement, où avec son équipe de production, ils recevront des outils, de l’expertise et des opportunités pour développer des réseaux européens.

Cornélia Glèlè, pour sa première participation au festival a reçu au cours de cette cérémonie, le 11ème Prix de reconnaissance «Talents Press» de Talents Durban. Un prix très important pour la jeune réalisatrice qui confie « Je suis tout simplement heureuse, je ne m’y attendais pas puis qu’étant francophone, vu que mon anglais était notionnel. Je manquais cruellement de confiance en moi. Lorsque j’ai entendu mon nom pour recevoir l’Award, j’étais tout simplement émue ».

Le Festival International de Durban prend fin ce 29 juillet avec la promesse de donner toujours une chance aux cinéastes du monde entier mais notamment africains.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo