Election présidentielle au Bénin : Trois duos à la conquête de la Marina

Par le 03/03/2021 0 239 Views

Au Bénin, la cour constitutionnelle a tranché ! Trois duos s’affronteront lors de l’élection présidentielle du 11 avril prochain. Pour accompagner le duo Patrice Talon-Mariam Chabi Talata, il y aura les duos Alassane Soumanou- Paul Hounkpè et Corentin Kohoué-Irénée Agossa. En attendant le lancement officiel de la campagne le 26 mars, les candidats s’organisent.

Le 22 février dernier, la Cour constitutionnelle du Bénin a rendu officiel la liste définitive des candidats retenus pour l’élection présidentielle du 11 avril. Elle confirme ainsi la liste provisoire à elle transmise par la CENA. Fixés sur leurs sorts, les candidats de chaque camp occupent le terrain. Jeudi dernier, à l’occasion de son conseil national, le parti Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) a investi le duo Alassane Soumanou et Paul Hounkpè qui promet l’alternance à la tête du pays. Du côté du président sortant Patrice Talon, candidat à sa propre succession, et de sa colistière Mariam Chabi Talata, l’investiture est prévue pour le 6 mars. Pour le duo Corentin Cohoué et Irénée Agossa, aucune date officielle de leur investiture n’est encore annoncée. Transfuge du parti d’opposition Les Démocrates, ce duo se présente avec la promesse de « Restaurer la Confiance (RLC) ». Tous les candidats sont en ordre de bataille pour la conquête du Palais de la Marina le 11 avril. La campagne électorale elle, est prévue du 26 mars au 9 avril.

Le Duo de la Mouvance

En quête de légitimité

Mi-janvier, l’Union Progressiste (UP) et le Bloc Républicain (BR), les deux seuls partis représentés à l’Assemblée nationale ont officialisé leur choix de désigner Patrice Talon comme candidat pour l’élection présidentielle de cette année. Ces deux partis ont été rejoints par le Parti du renouveau démocratique (PRD), l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN) et le Mouvement des Élites Engagées pour l’Émancipation du Bénin. Dans le pays, des mouvements naissent pour soutenir le président sortant. Candidat naturel de la mouvance présidentielle, son choix est une lapalissade. Mais en face de lui, les duos Soumanou-Hounkpè et Cohoué-Agossa se battent encore pour se faire accepter comme candidats de l’opposition. « Nous sommes de l’opposition, nous sommes même le chef de fil de l’opposition », réagit le candidat au poste de Vice-président du duo des FCBE lors de la cérémonie d’investiture. « Nous sommes fiers d’être de l’opposition. Nous sommes de l’opposition (…). L’opposition est présente à cette élection. Quiconque dit que l’opposition n’est pas présente, lui n’est pas opposant (…). Nous sommes de l’opposition et c’est affirmé… », renchérit Irénée Agossa qui forme un duo avec Corentin Cohoué. Et pour cause ! Les membres de ce duo sont issus du parti de l’opposition Les Démocrates. Alors que Rékya Madougou et Patrick Djivo, désignés par le parti pour porter ses couleurs n’ont pas pu avoir les parrainages nécessaires, les transfuges en ont obtenu vingt et ont déposé leur dossier en bonne et due forme. Suffisant pour que leurs anciens camarades les traitent de pions du pouvoir. Quant aux FCBE, depuis la brouille avec Yayi Boni, le parti est vu comme un troisième parti de la mouvance.

L’un des duos de l’opposition (Paul Hounkpè et Soumanou Djimba)

C’est que les membres de l’opposition ont toujours dénoncé le système des parrainages pour l’élection présidentielle d’avril 20121. En effet, tous les députés à l’Assemblée nationale sont acquis au président sortant et 70 des 77 maires sont issus du BR et de l’UP. Il apparaît donc illogique aux yeux de l’opposition qu’un, candidat de l’opposition soit parrainé par les élus soutenant le président de la république, lui-même candidat. Selon eux, le parrainage vise à faire obstacle à des candidatures de poids face à Talon. Dans un article intitulé « Présidentielle au Bénin : Patrice Talon, un candidat seul face à lui-même ? », et publié le 16 janvier 2021 sur son site, parlant des parrainages, Jeune Afrique rapportait que « Pour l’opposition, il est certain que la mouvance présidentielle en profitera pour choisir le challenger du « patron ». C’est ainsi que les duos Soumanou-Hounkpè et Cohoué-Agossa sont vus aujourd’hui après qu’ils ont pu obtenir les parrainages. En attendant donc les campagnes, ils se battent pour s’imposer comme de vrais candidats de l’opposition.