Afrique/Economie : l’essor du Label Made in Africa

Par le 26/02/2021 0 664 Views

Cette dernière décennie a vu se développer très vite l’entrepreneuriat en Afrique. Il est en effet perçu comme un ressort essentiel à la croissance économique sur le continent mais aussi comme un outil durable de création d’emplois ainsi qu’un dispositif séduisant pour la jeune population. Du jour au lendemain, plusieurs entreprises, de start-ups voient le jour. Mais ce qui est encore mieux, ces différentes entreprises mettent en place et révolutionnent le « Made in Africa ».

Carlos, est un jeune Français de 30 ans. Bientôt deux ans qu’il vit au Togo et travaille en tant que Marketeur digital dans une jeune entreprise de la place. Ce vendredi de février, alors qu’il vient de terminer son travail, il se rend dans un supermarché, spécialisé dans la vente des produits du terroir et des autres pays africains. « Je préfère consommer de plus en plus des produits qui sont fabriqués ici. La qualité est bien meilleure et la plupart ne subissent pas souvent des sur-transformations » confie le jeune homme, sourire aux lèvres, et son panier d’achat dans la main. Dans sa course, on trouve du chocolat, des accessoires de cuisine en tissu, et même des fruits et légumes dits « bio » parce que venant directement des jardiniers togolais. Avant de sortir de ce supermarché, il nous montrera tout fier, son sac conçu en rafia et qui lui vient du Burkina-Faso.

Comme lui, ils sont nombreux à faire de plus en plus l’apologie du consommons local en Afrique. L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) a décidé de consacrer le mois d’octobre à une campagne appelée « consommons local ». De son avis, les consommateurs africains n’achèteraient pas suffisamment les produits locaux et ils auraient une fascination pour ce qui vient de l’étranger. Une fascination qui va des produits issus de l’agro-alimentaire, à l’artisanat, au tourisme, ou encore la mode. Et donc pour le mois d’octobre de chaque année, il s’agit pour chaque pays de valoriser les entreprises qui font des produits fabriqués dans les usines africaines et surtout avec des matières premières issues des sols africains. Ceci est un grand pas pour encourager les entrepreneurs africains mais aussi créer plus d’emplois. Mais l’écosystème de l’entrepreneuriat en Afrique n’est pas des plus faciles et les consommateurs pas bien informés.

Un changement de mentalité

Dans plusieurs foyers en Afrique, les produits venus des autres continents gardent encore une belle place. L’avis général plébiscite ces produits les considérant comme de qualité supérieure, plus esthétiques et surtout plus accessibles en termes de coût. Nora, une jeune étudiante nous raconte qu’alors elle se rend dans une pharmacie pour acheter ses soins corporels d’une jeune marque Béninoise, l’auxiliaire de la pharmacie tentera de lui faire changer d’avis en lui présentant des produits d’ailleurs. Surprise, elle demandera à cette dernière pourquoi ne pas faire la promotion des produits locaux ? « Les gens ici ne font rien de bons. Les produits n’ont pas une bonne finition, des emballages pas esthétiques, et avec des prix exorbitants. Rien de bon ne vient de chez nous » lui répond-t-elle. Coûte que coûte, Nora lui fera entendre raison en expliquant les avantages de consommer les produits made in Africa. La partie est loin d’être gagnée.

De l’autre côté, les entreprises en Afrique font face à de nombreuses difficultés. La mise en place des industries n’est pas chose aisée vu le coût énorme des machines. On assiste donc parfois, à des produits qui sont travaillés et transformés dans des industries externes mais qui sont justes emballés en Afrique. Le site du journal le Monde explique « les efforts d’industrialisation après les indépendances n’ont remporté qu’un succès limité, mais aussi parce que les technologies de production ont subi une révolution, qui n’est pas seulement numérique ». Jeune Afrique dira donc qu’il faut « garantir le sérieux de l’ensemble du processus, de la définition des critères au contrôle du produit final, est un enjeu de taille pour l’industrie africaine, afin d’éviter de créer des situations de concurrence déloyale ». Les entreprises doivent aussi faire face à la pression fiscale. Bien de difficultés qui les poussent à déposer très vite la clé sous la porte.

Toutefois, « Le made in Africa » a de beaux jours devant de lui. Le réveil est enfin présent et les consommateurs ne demandent qu’à être informés pour accompagner la promotion et l’essor véritable de ce label ou est ce juste une tendance?

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo