Afrique/Culture: Port du Gôbi, plus qu’un chapeau, c’est une affirmation de soi

Par le 21/09/2019 0 6328 Views

Chapeau adopté par tous, le Gôbi est une identification culturelle pour certains et juste un style approprié pour le commun des humains. Posé de différentes manières sur la tête, cela exprime des messages bien précis. Le gôbi au-delà des frontières africaines fait toujours son effet et se place parmi les chapeaux les plus prisés. On vous en parle!
Ayant rapport avec la tradition de certains peuples, le Gôbi est avant tout un identifiant de région. Plus porté au Bénin, particulièrement dans les départements de l’ouémé-plateau, il est aussi un accessoire très prisé par les nigérians notamment les yorubas. Porté de plus en plus par les non ressortissants de ces régions, le Gôbi exprime le ‘’agor’’ (la fête) ou juste le plaisir parce que souvent porté durant les moments de réjouissances. Souvent respecté dans les couvents et les réunions entre têtes couronnées, ‘’le gôbi’’ joue également un rôle protecteur car on peut y cacher ce qu’on veut. « Il y a de cela quinze ans, j’ai demandé à mon grand-père pourquoi il porte toujours ce gôbi. Il a répondu que c’est dans son gôbi qu’il met son talisman » a expliqué Monsieur Houéssè. Eddy Mètonou, porto-novien d’origine et passionné de sa culture suit la même logique et confie : « le gôbi pour le porto-novien est un style vestimentaire à première vue. Mais à l’origine, il était utilisé par les ministres du roi plus précisément par celui qui s’occupait de ses affaires occultes pour pouvoir y mettre ses amulettes. C’était une grande fierté pour lui ». Mais avec le temps, continue t’il, le gôbi est resté dans le cocon culturel et endogène et a finalement été inclus dans les habitudes. « Pour les grandes réjouissances du roi, les ministres et privilégiés du roi devraient porter cela. Au fil des ans cela a fait son chemin à Porto-Novo ».

Peu importe votre façon de mettre votre gobi, vous passerez un message
Image: internet

A chaque gôbi, sa signification…
Plus ancré que jamais dans les habitudes, le gôbi est devenu un style vestimentaire à part entire surtout à cause de son aspect royal. Il faut quand même noter que cela reste dans le domaine de la réjouissance. L’originalité de ce chapeau pour la plupart est que « le porto-novien ou le yoruba se reconnaît par le Gôbi. Il sait qu’après une longue semaine de travail, il porte sa tenue locale et y ajoute son gôbi pour montrer que le week-end s’annonce, que la semaine est terminé et le réconfort y est » ajoute Eddy Mètonou fier de sa culture. Le Gôbi est adopté par plusieurs ressortissants de la ville de Porto-Novo.
Mais, au-dela de cette étiquette d’identification de la culture Goun (Porto-Novo-Bénin) et Yoruba (Nigéria), ce type de chapeau, a encore d’autres significations ayant rapport avec le tissu, la position qu’il occupe sur la tête etc. Ainsi, pose de façon dressée ou couchée, orienté vers la gauche, la droite, le front ou la nuque procure à son porteur un certain prestige à Porto-Novo. Dans cette ville du Sud Bénin, les significations du gôbi sont plus basées sur le statut. Balancé du côté droit, il dénote de la richesse alors que le côté gauche fait allusion à la classe moyenne. Le devant et la position dressée expriment sans vouloir le montrer le niveau social bas de la personne. Et d’une localité à une autre, les significations diffèrent. Selon les explications du professeur historien Léon Bio Bigou, il existe plusieurs types de Gôbi et chez les Batonou un autre peuple du Nord Bénin, le gôbi placé d’une manière ou autre a aussi sa signification. « le ‘’Gobi’’ tournée vers la droite, veut signifier que la personne est orpheline de père. Du côté gauche, ça veut dire orphelin de mère. Et, lorsque l’intéressé atteint un niveau donné, c’est-à-dire une certaine maturité sociale, et que ses parents sont vivants, en principe, son ‘‘Gobi’’ devrait être orienté vers le haut. En évoluant, il l’oriente vers le front, pour exprimer qu’il est prêt à affronter les gens. « Vous gravez des échelons et en montant, vous allez rencontrer des gens qui montent comme vous. Donc vous vous dites, je suis prêt pour les affronter » explique le Professeur cité par le journal fraternité.

Un chapeau qui se modernise
Image : internet

De la tradition à la modernité, le Gôbi conquit toujours…
Revenu à la mode et en force, ce chapeau est passé de vêtement traditionnel et culturel destiné à certaines couches de la société à vêtement prisé et adopté. Jeunes, enfants ou adultes l’adoptent et l’incluent dans leur quotidien. Même si la signification de ce chapeau traditionnel est méconnu de ces derniers, il reste et demeure la touche finale à ajouter à tout habillement. Ce vêtement autrefois porté uniquement sur des tenues traditionnelles telles que le ‘’bohoumba’’, ‘’le djarabou’’(style proper aux Béninois et aux Nigérians) est utilisé désormais pour faire d’autres styles.
Avec la modernisation et l’occidentalisation, le gôbi est porté sur le territoire national et ailleurs. « Je ne connais pas la signification du gôbi. Mais j’apprécie le porter parce que c’est un chapeau qui va avec tout » confie David un jeune béninois à double nationalité. « Ceux qui sont à fond dans la tendance n‘hésitent pas à ajouter le chapeau traditionnel africain communément appelé ‘’ Gôbi’’ au Bénin pour rappeler toute leur appartenance à la culture africaine. Ce qui crée une sorte de look ‘’tradi-moderne’’. Chers messieurs, sachez juste que le fait d’opter pour le lessikannon (tissu fait avec de fil), mixé avec un débardeur rehausse votre allure et permet de mieux distinguer votre silhouette » conseille avec fierté Bardol Migan un acteur culturel béninois.
Le gôbi est devenu plusqu’un chapeau. Et les stylistes l’ont adopté et l’ajoutent à leur création. Present dans tous les styles, il est présent et séduit quiconque se frotte à lui à travers un regard ou juste un essai. Amoureux de ça pour certains, suivre la mode pour d’autres, le gôbi s’est incrusté dans la vie de milliers de personnes. Même si pour une minorité, il constitue juste un accessoire encombrant, il reste et demeure le chapeau traditionnel qui en dit long sur les origines ethniques et sociales ainsi que sur l’appartenance à une lignée royale. Le gôbi reste ce chapeau unique modernisé mais qui garde toujours son histoire ancestral.