Port des perles en Afrique : culture, esthétique, protection

Par le 20/01/2019 0 74 Views

Il se transmet de mère en fille. Comme un héritage soigneux, la petite fille se voit porter dès sa naissance, des tours de perles pour biens de vertus. En Afrique, le port des perles par les femmes va au-delà de l’arme de séduction qu’on lui attribue trop souvent. Mais si cette habitude traverse les générations sans disparaitre, elle fait de plus en plus objet de biens de controverses selon les religions, les coutumes et la préférence de chacun.

Vendredi 02 février 2018, il est 15h, la chaleur est ardente dans la ville de Dakar au Sénégal. Avec ses amis, Isenelle Agbofoun vient de commencer sa visite du grand marché HLM 5 situé en plein cœur de Dakar. De ce marché et de tout ce qu’on y vend, elle a entendu tellement de biens. « Je ne peux venir à Dakar sans faire un tour dans ce marché » nous raconte-t-elle. En touriste, elle se faufile entre les hangars de ce marché tantôt pour contempler un article, tantôt pour débattre avec les vendeuses un article jusqu’à l’acheter. « Il y avait de l’affluence. On remarque beaucoup plus de femmes que d’hommes ici » constate-t-elle. Et pour causes, dans ce marché, les étalages sont remplis de perles, d’encens pour les parfumer, des tenues sexy en laine mais aussi en perles, tout pour permettre à la femme sénégalaise et aux femmes touriste de séduire leurs hommes. Isenelle très enchantée, trouvera satisfaction dans ce marché. Elle retournera à Cotonou avec des colliers, de différentes sortes de perles, de l’encens et des parfums. Des articles qui ne sont pas très faciles à trouver à Cotonou au Bénin.Au Sénégal, les perles encore appelées Bine-Bine, font partie intégrante de l’héritage que la maman transmet à la jeune fille en âge de connaitre le sexe. C’est pour son épanouissement sexuel, pour garder et stimuler son homme. La jeune fille entendra les vertus de ces perles qu’elle porte depuis le bas âge, grâce à sa mère mais aussi aux griots qui en chantent les louanges comme Ndeye Diop qui pour son amour pour les perles, en a finalement fait son métier. Cette jeune dame Dakaroise, confectionneuse de perles confirme qu’elle a connu les perles grâce à une griotte qui habite près de chez elle et qui en confectionnait pour les grandes occasions. « Les perles représentent pour moi des pierres rares qui subliment la femme africaine à toutes les occasions. Et dans notre culture, elle représente la richesse et certaines perles, la protection » nous explique-t-elle.  Elle ajoutera que la femme qui porte des perles à la hanche devient sensuelle. Un avis que partage sa compatriote Fatoumata Binetou. Pour cette étudiante en Ressources Humaines, les perles font partie de ses astuces, de ses points forts. Véritable atout féminin, Gracia commerçante de produits cosmétiques, nous avoue qu’elle possède toute une collection de perles. Léacine E., stagiaire dans une maison de télécommunication nous dit carrément qu’elle ne peut rester trois jours sans ses perles. Elles lui permettent de se sentir complet avoue-t-elle.

Et ce ne sont pas les hommes africains qui ne confirmeront pas cet outil de séduction que représente les perles. Marcien H. dira qu’il aime voir les femmes porter les perles, pour embellir ce qu’il appellera « les alentours du pays bas ». « Les perles me rendent fou » nous confie-t-il. Son collègue Bruno A. partagera le même avis alors que Abdon dans un langage indifférent nous dit que « les perles sont belles quand elles ne sont pas trop chargées (couleurs bigarrée, jaune et verte ou bleue ou rouge), ça peut faire fondre la glace. Mais c’est juste pour embellir » dit-il.

Des vertus au-delà de l’esthétique

Deux semaines déjà que la petite Chrislaine vient de voir le jour. Ce matin, après son bain matinal, sa maman la pare de deux tours de perles rouges appelées « Djègoun » au Bénin. « Ça me permettra de maintenir ses couches en pagnes mais surtout, elles lui permettront de ne pas avoir des infections vaginales » nous dit la maman de Chrislaine. La commerçante Gracia confirmera cette idée. « Dès le bas-âge, on met à l’enfant pour lui favoriser la dentition et éviter les infections. On y ajoute parfois des talismans dans ce cas d’espèce ou des médailles religieuses selon la foi » nous témoigne-t-elle. Mieux les perles ou Baya aident à donner une bonne courbe à la petite fille. « Les perles sont dites importées dans la culture africaine pour dessiner la silhouette des femmes pour ainsi dire les différencier des hommes » ajoute aussi Isenelle.

L’autre vertu reconnue aux perles est qu’elles peuvent être source de protection ce que nous dit la Professeur Mireille T. Ndeye Diop, la Dakaroise dira aussi que c’est source de richesse, d’ouverture vers les marchés internationaux. « Les perles de couleurs rouges nous éloigne des mauvais esprits » explique-t-elle. Un avis contraire à celui de cette dame pasteur dans une église évangélique de Lomé au Togo. « Les gens racontent sans conviction que les perles féminisent mais ce sont des objets utilisés par le diable pour prendre possession des enfants de Dieu ». Avec affirmation, celle qui préfère pourtant garder l’anonymat continue pour essayer de nous convaincre que ces objets proviennent de la mer et donc de la divinité des eaux. « C’est dangereux de les porter » martèle-t-elle. Marie de confession catholique nous raconte qu’elle reste sceptique en ce qui concerne les perles. En effet, au cours d’une de ses grossesses, pendant une séance de prière, le prédicateur lui aurait dit qu’elle avait des maux de reins à cause des perles qu’elle porte. « Depuis ce jour, j’ai enlevé mes perles qui provenaient du Nigéria et j’ai adopté les chaines car je ne peux rester sans rien aux hanches » confie timidement cette jeune dame.

Les avis divergent mais une chose reste certaine, les perles résistent à la modernité. Bien au contraire, elles s’y adaptent et continuent d’être transmise de mère en fille comme un héritage précieux.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo