Musique : ANGÉLIQUE KIDJO la fierté des béninois et de l’Afrique

Par le 01/02/2020 0 133 Views
Originaire du Bénin, un pays situé entre le Togo et le Nigeria, Angélique Kidjo fait partie des fiertés du continent africain.  La béninoise amazone ne porte plus seulement la fierté des béninois, mais elle représente tous les noirs partout où elle pose ses empreintes. Quatrième Grammy reçu dans sa vie d’artiste, la star du Bénin a remporté ce grand titre dans la catégorie musique du monde, dépassant ainsi son challenger Burna boy du Nigeria. Zoom sur l’artiste. 
Qui est la star béninoise qui porte l’Afrique ?
Nous sommes en 1960.  Angélique Kidjo est née à Ouidah, au Bénin. Son père, un Fon de Ouidah , est receveur des postes. Sa mère, une Yorouba dirigeante d’une troupe de théâtre, est également une femme d’affaire avertie. Angélique Kidjo est le septième de leurs dix enfants. Angélique Kpasseloko Hinto Hounsinou Kandjo Manta Zogbin Kidjo, dite Angélique Kidjo, est non seulement lauréate des Grammy Awards, mais aussi de l’Académie Charles Cros. La digne fille du Bénin est connue pour la diversité de ses influences musicales, l’originalité de ses clips et son engagement humanitaire comme ambassadrice internationale de l’UNICEF. Les chansons Agolo, We We, Adouma, Wombo Lombo, Afrika et Batonga l’ont révélée et poussée loin.

Des magazines et chaînes de télévision ont naturellement inclut l’artiste sur la liste des personnes les plus influentes d’Afrique. La BBC l’a incluse dans sa liste des cinquante icônes du continent africain, The Guardian la classe parmi les « 100 femmes les plus influentes du monde », alors que le Time la présente comme la « première diva africaine ». Angélique Kidjo, c’est aussi des influences musicales comme la pop africaine, la musique des Antilles, le zouk, la rumba congolaise, le jazz, le gospel, et différents styles de musique latine. Elle s’inspire aussi des artistes qui ont bercé son enfance : Bella Bellow, James Brown, Aretha Franklin, Jimi Hendrix, Miriam Makeba et Carlos Santana . Mariée  à Jean Hebrail avec lequel elle a d’ailleurs écrit et tournée la plupart de ses chansons, Angélique Kidjo est mère d’une fille : Naïma-Laura Hebrail. Kidjo parle couramment le Fon, le français, le yoruba, le mina et l’anglais. Sa chanson Malaika, de l’album Logozo, est en Swahili.  Elle a collaboré avec de grands noms comme Youssouf N’dour, Alicia Keys, Oprah Winfrey, Angelina Jolie, John Legend, Black Eyed Peas…

Actu de l’artiste

Kidjo n’est pas seulement une amoureuse de la musique. Elle s’intéresse aussi au bien-être de son entourage et surtout à l’éducation des filles. C’est ce qui a suscité en elle la création de “Batonga », une fondation qui soutient les études secondaires de jeunes filles africaines afin qu’elles puissent prendre part au développement du continent. La fondation offre donc des bourses, milite pour la prise de conscience de l’importance de l’éducation des filles, et encourage également des programmes de mentors.   La star béninoise a épaté en 2019 lors du sommet du G7 les chefs d’États présents. Ce qui a poussé la Banque Africaine de Développement à débloquer un prêt de 251 millions de dollars pour soutenir l’initiative AFAWA (Action Positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique) en faveur de entrepreneuriat féminin en Afrique. Lancée en 2016, cette initiative vise à faciliter l’accès au financement pour les femmes entrepreneures, a défendu l’artiste. L’auteure compositrice et chanteuse franco-béninoise, Angélique Kidjo a écrit aussi une autobiographie publiée aux États-Unis et traduite aujourd’hui en français.  Une autobiographie préfacée par Desmond Tutu et une introduction écrite par Alicia Keys.  Dans  »la voix est le miroir de l’âme, mémoires d’une diva engagée”, ouvrage de 300 pages, paru aux éditions Fayard, Angélique Kidjo dit tout de sa vie.

Angélique Kidjo, la lady des africains, félicitée pour son quatrième Grammy

Abgélique Kidjo chantant devant des présidents du monde

Ce quatrième Grammy Awards décroché grâce à son album Célia vient après ceux remportés en   2008, 2015 et 2016.  Un album qui rend tout simplement hommage à la reine de la salsa cubaine Célia Cruz décédée en 2003. La diva de Ouidah célèbre ainsi les racines africaines de Célia Cruz à travers cet album. Cette distinction qu’elle a remportée, elle l’a dédiée à son challenger nigérian Burna Boy. « La dame là je l’aime trop. On dirait ma maman. Je suis juste fière d’elle. Bref, c’est l’Afrique qui gagne.  Avec ce quatrième prix remporté, c’est juste clair qu’on peut se faire connaître et aller loin sans tapage sur les réseaux sociaux, sans nudité et sans dépigmentation, notre ambassadrice a encore frappé. Moi je suis content pour elle et pour nous. Angélique Kidjo est tout simplement une vraie combattante. Ça n’a jamais été facile mais elle ne lâche rien. C’est le fruit d’un travail bien fait ». Ces commentaires sont lus sur les différentes pages sociale de l’artiste. Le ministre béninois du tourisme, de la culture et des arts, dans un communiqué, s’est joint au peuple béninois, et a aussi félicité la diva béninoise Angélique KIDJO pour l’immense performance qu’elle vient de réaliser.  Et il n’est pas le seul, le Président de la République ainsi que celui de l’Assemblée Nationale ont aussi témoigné leur félicitation à celle qui porte le Bénin, toute l’Afrique. Le producteur de l’album Celia, a aussi exprimé sa fierté. David Donatien musicien et multi-instrumentiste a dans un tweet remercié l’heureuse gagnante. « Merci du fond du cœur à Angélique Kidjo et à tous les artistes incroyables qui nous suivent dans cette belle aventure » a-t-il tweeté.