Mariage inter-religieux : le cœur a ses raisons que la religion ignore

Par le 27/10/2018 0 143 Views

Après souvent des années à vivre ensemble où apprendre à se connaitre et les projets du futur se précisent, plusieurs couples décident de franchir le pas du mariage. Le mariage devient une étape importante pour officialiser cette relation devant Dieu et les hommes. Mais ce pas dans bien des cas ne se fait jamais puisque l’accord des parents ou même celle de la religion n’est pas toujours acquise d’office.

Deux ans déjà que dame Grâce, mère de deux enfants est divorcée. Un divorce pour des raisons religieuses. Selon son témoignage, elle a rencontré son mari Pascal il y a dix ans. Ils étaient tous les deux de la religion catholique. Au cours d’un moment de grave maladie, M. Pascal fera recours au christianisme céleste pour retrouver la santé. Après sa guérison et sur instructions des dirigeants de l’église céleste, il laissera sa religion pour devenir un fidèle céleste. Il aurait imposé à sa femme de quitter sa religion pour le suivre dans sa nouvelle aventure. Face au refus de cette dernière, il quittera le domicile conjugal, épousera une femme christianiste céleste et abandonnera femme et enfants. Très triste face à ces circonstances de la vie, dame Grâce reste cependant convaincue d’avoir fait le meilleur choix. « Je n’abandonnerai pas ma religion pour un homme. Et surtout, je pense que nous adorons tous le même Dieu. On ne peut m’imposer une autre religion ».

Cette tragédie vécue par dame Grâce n’est pas isolée dans la société. Ils sont nombres de jeunes qui face aux doctrines de leurs religions ou face aux conseils de leurs imams, pasteurs, prêtres, se voient obligés de se mettre en couple avec une personne issue de la même religion. « L’amour de ma vie était un musulman. Moi je suis catholique. Sa maman a dit jamais. La mienne aussi avait peur. La mère de mon ami dans le temps avait juré ne jamais nous laisser célébrer cette union. Mon ami insistait et me demandait si je suis prête pour qu’on les affronte. J’ai répondu non. Tu es garçon unique.  Et ta maman a juré nous faire regretter la relation. Jusqu’à aujourd’hui il m’appelle pour me dire qu’il a toujours besoin de moi ». C’est en ces termes que Mauren T nous raconte avec regret l’échec de sa première relation. Malgré le bonheur tranquille qu’elle partage aujourd’hui avec son actuel mari et ses trois enfants, il lui arrive de regretter cet amour qu’elle n’a pas eu le temps de vivre.

Mais tous ne se laissent pas dicter leurs choix malgré les menaces. C’est le cas de Augustine de religion catholique qui vit depuis des années avec son conjoint musulman. « Les débuts ont été difficiles mais nous avons tenu bon jusqu’à maintenant. Mon mari ne m’impose rien. Le problème vient surtout de ma belle-famille. C’est pourquoi dès la naissance des enfants, j’ai insisté pour qu’ils pratiquent tous la religion de leur père ».

Mariage
source: internet

Les impacts dans la société

Des parents menacent, maudissent leurs enfants qui s’entêtent et suivent leurs choix. Dans d’autres cas, ils sont reniés par la famille mais aussi par leurs religions explique Marie Michelle. Elle poursuit pour mettre l’accent sur l’impact de cette situation sur les enfants issus de ce genre d’union interreligieuse. « Je trouve que pour le couple c’est rien parce qu’ils ont fait leur choix donc ils peuvent supporter s’ils s’aiment. Mais les enfants, ont-ils demandé à naître dans ça ? Moi j’ai vécu ça. Je suis née dans une famille où papa musulman très fervent maman chrétienne catholique pratiquante très fervente. Ce n’est pas toujours facile pour les enfants en grandissant de faire un choix quand les parents sont de vrais pratiquants. Très petits, tu n’as pas le choix ; on te traîne donc tu es obligé mais en grandissant quand tu sais qu’à Noël, Pâques et tous les dimanches tu dois être à la messe obligatoire et que tabaski et ramadan c’est la mosquée, on se demande comment s’en sortir côté éducation religieuse » s’interroge t’elle.

Pour la Sociologue Espérancia Bidouzo les conséquences de cette situation au sein du couple et même dans la société n’est pas des moindres. D’abord il y a plusieurs relations qui sont brisées avec cette interdiction, des familles qui sont divisées voire des enfants rejetés par leurs parents s’ils doivent tenir à leur union malgré la divergence religieuse.  Mais la barrière dans ce cas est qu’il n’est pas évident que le mariage soit célébré nous dit-elle. Pour ceux dont le mariage est célébré, il faut souligner qu’il y a un affrontement des différences de culture car il n’est pas facile pour les conjoints de distinguer les facteurs religieux d’éléments culturels puisque chaque religion a une origine culturelle. 

Un autre impact est lié selon la sociologue à la pratique religieuse : Si l’un des partenaires a peu de conviction pour sa religion et que l’autre pratique avec une forte conviction il faut s’attendre à faire face à des tensions conjugales en lien avec les exigences de sa pratique. Aussi l’éducation spirituelle des enfants : l’appartenance religieuse des enfants dans ce cas n’est pas souvent aisée surtout si au cours du processus du mariage une religion exige que les enfants issus de l’union lui appartiennent.

Mariage
source: actuniger

Que disent les religions ?

L’islam recommande le mariage entre musulmans, pour la simple raison que quand vous avez la même pratique religieuse, vous avez de la facilité à mener des activités religieuses ensemble, ce qui vous permet de grandir ensemble spirituellement. Abordant le point sur l’éducation des enfants, vous tenez les mêmes propos pour éduquer les enfants et vous les habituer depuis le bas âge à connaitre les principes de la religion afin que cela ne devienne pas une contrainte pour eux quand ils vont grandir. Quand l’éducation passe par les principes religieux, et quand les enfants comprennent mieux, il est rare de voir des agissements dans la société. C’est ainsi que Mohamed Tundé justifie le fait qu’il est préférable selon lui que les fidèles d’une même religion se marient entre eux. Une idée que partage le pasteur Evelyne d’une église évangélique du Togo. Pour elle, si son église exige le mariage entre ses fidèles et leur imposent aussi de se marier avant de vivre ensemble, c’est pour l’entente dans le foyer mais aussi pour la bonne éducation des enfants. Elle ajoutera que c’est ainsi que le demande la Bible.

L’Imam Shuaib d’une mosquée d’Akpakpa au Bénin nous explique cependant qu’il y a tellement de sujets et de coutume que l’islam tolère si cela ne va pas contre la religion. Mieux, il nous dit qu’au temps du prophète Mahomet le mariage entre musulman n’était pas obligé. Mais selon lui, de nos jours, les gens se cachent derrière la religion pour obtenir leurs intérêts et après ne respectent plus leur engagement. Ce qui fait que c’est devenu recommandé par l’Imam.

Mariage
source: internet

Au niveau de l’église catholique, il est expliqué que le mariage inter-religieux n’est pas refusé mais ce ne sera pas un mariage sacramentel (quoiqu’on dise le contraire dans certains diocèses) et il n’y a donc normalement pas d’eucharistie. Il est demandé aux époux de s’engager à ce que les enfants soient baptisés et éduqués dans la foi catholique. Comme cela ne va plus de soi, actuellement, on demande au conjoint catholique de « faire tout son possible » pour qu’il en soit ainsi explique le site reponses-catholiques.fr.

Dame Augustine dira quand même « peu importe, la religion, soutenons les enfants et bénissons leur relation. C’est la meilleure chose à faire ».

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo