L’Harmattan ou la recrudescence des maladies respiratoires

Par le 16/12/2018 0 187 Views

Dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, le mois de décembre se caractérise par la venue de l’harmattan. Vent sec, froid chargé de particules poussiéreuses, la période de l’harmattan voit aussi la recrudescence de plusieurs maladies notamment les maladies respiratoires.  

« Débarquer à Ouagadougou dans la période de décembre à février n’est pas propice pour quelqu’un qui n’est pas habitué aux variations de température et à la poussière. Car ce sont les deux principales caractéristiques de l’harmattan que j’ai remarqué au Burkina-Faso ».Invité sur un festival au pays des hommes intègres, Eustache A. nous raconte son expérience dans la capitale mais surtout l’accueil que lui a réservé l’harmattan.Il explique qu’il y a un soleil ardent et que l’air est sec. « Il peut faire très chaud dans la journée et extrêmement frais dans la nuit. Et la poussière, il y en a assez au point où aucune tenue ne peut se porter deux fois de suite » nous témoigne t’il.

L’harmattan s’étend de la mi-novembre à la fin du mois de mars. C’est un vent sec et froid chargé de particules poussiéreuses venant du Sahara soufflant sur toute la zone soudano-sahélienne. La poussière de l’harmattan est généralement composée selon les climatologues de particules végétales (herbes,fleurs sèches, pollen), animales (plumes d’oiseaux, déchets de toutes sortes),de microbes, de virus, de parasites, de champignons microscopiques. Si pour certaines femmes, c’est une période qui embellit la peau et favorise l’utilisation avantageuse des produits cosmétiques, elle est quand même caractérisée par la multiplication des maladies respiratoires. Eustache A. explique que depuis l’arrivée des participants au festival, plus de la moitié d’entre eux se sont déjà retrouvés en consultation à cause de la toux et autres pathologies liées à l’air et au climat. Abondant dans le même sens que lui, Rosemonde nous dit que c’est une période qu’elle n’affectionne pas beaucoup particulièrement à cause du vent sec et de la poussière. « Ma peau prend toujours un coup. En plus de certaines maladies que ça entraîne surtout le rhume » explique-t-elle. Mireille T. nous parle quant à elle de son expérience de l’harmattan vécu dans une commune du nord du Bénin appelée Ouassa Pehunco. « Harmattan, je l’ai vécu en mode stress dans cette ville. C’est une période bonne juste pour la qualité du sommeil. En fait on dort profondément avec une fraîcheur naturelle. J’adore. Mais cette période créée beaucoup de dégâts. Ma peau se fendille, j’ai la grippe,les maux d’yeux. Sur le plan environnemental, le brouillard crée des accidents.J’en ai été victime. Les meubles en bois non stabilisés se déforment » nous raconte-t-elle.

La poussière en période d’harmattan
source photo: .vivafrik.com

Rapportant les propos du Docteur ivoirien Kouadio Daniel, le site fratmat.info explique qu’en période d’harmattan,on observe chez l’homme un craquèlement de la peau, les lèvres se fendillent et les narines se dessèchent. Les efforts effectués pour tousser et se moucher provoquent des saignements du nez. A sa suite, le Dr Megninou au Bénin nous dit aussi que compte tenu de la forte teneur en particules ; les maladies les plus fréquentes sont les maladies allergiques, surtout les rhinites,rhino-pharyngite et les rhino-bronchites surtout chez les enfants qui sont fragiles. « Les signes sont la fièvre, les éternuements, les écoulements nasaux, la douleur de la gorge, les obstructions nasales, la toux, la dysphonie »poursuit-il. Face à cet état de choses, le Docteur explique que le traitement curatif est le plus souvent symptomatique. Pour éviter ces différentes maladies, le médecin conseille qu’il faut d’abord se protéger de la poussière,protéger les narines à moto avec une bavette, laver régulièrement les rideaux de chambre et les moustiquaires, nettoyer ou éviter les brasseurs ou les ventilateurs. En cas de maladies, se rendre en consultation est le geste à faire selon le Dr. Megninou.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo