Afrique/Culture : quand la famille vous met les bâtons dans les roues

Par le 26/10/2020 0 142 Views

La famille ! cette expression désigne une communauté avec qui un individu a des liens de sang. Des parents en passant par les frères et sœurs, cousins et cousines, neveux et nièces etc. Et si parfois dans le processus de la vie, au gré des rencontres, des relations tissées, des amis deviennent une famille, ils sont toujours considérés peu importe vos liens, comme une seconde famille. Tant la famille biologique revêt une grande importance chez nous en Afrique. Et dans une société africaine régit par les us et coutumes, dans une société africaine où le lien de sang est considéré plus fort que tout, il est difficile et vu de mauvais œil les mésententes entre une personne de même famille. La famille est le socle de la société, ne le dit-on pas ? Oui en Afrique, chaque membre de la famille est protégé comme la prunelle des yeux. Bon ou mauvais, ta famille ne te rejettera pas. « On ne jette pas l’enfant avec l’eau du bain ». Mais non, jamais ! c’est ainsi en Afrique et ça ne risque pas de changer si tôt. Et si ce fait a des avantages (bien entendu qu’il l’a et on l’apprécie fort bien), il a aussi des inconvénients (malheureusement).

La petite Julie (on l’appellera ainsi) avait 10 ans quand elle a été violée par son oncle (le petit frère à son papa. Sacrilège, je vous dis). Ce manège non mais que dis-je ?! cette insanité aura duré 3 ans. Elle connaitra des attouchements sexuels, elle sera constamment menacée par le vicieux. Il ne lésinera sur aucun moyen pour la soumettre à la satisfaction de sa libido dégradante. Sous le poids de son horrible secret, interdite de la révéler à quiconque, Julie un jour, finira par en toucher un mot à une camarade de classe. Faisant tout pour obtenir d’elle, la promesse de ne pas en parler. Mais celui à qui on se confie, n’a-t-il souvent pas aussi un ami intime qui a aussi un ami intime etc. ? c’est ainsi que de fil en aiguille, la situation de Julie sera un jour entendue par les oreilles oh combien indiscrètes mais sages et en colères de sa mère. Avec toute la hargne dont elle dispose, elle demandera à son mari que l’infâme oncle soit puni avec la dernière rigueur. Mais le père sera catégorique. « Je ne peux emprisonner mon frère ». Une phrase qui plonge dans le néant tout espoir de voir un « criminel » jugé à la hauteur de son crime. Et pourquoi ? parce qu’il est de la famille.

Oui la famille est ainsi. Elle ne jette pas l’enfant avec l’eau du bain. Et face à quel crime encore ? le viol. Le sujet n’est il pas tabou sous nos cieux ? Combien de victimes peuvent oser en parler librement sans se voir dénigrer ? Le viol est honteux encore plus pour la victime que pour le coupable, pire quand ce dernier est de la famille. Au pire des cas, un conseil de famille en discutera. Mais la victime ne trouve pas satisfaction, elle se cache pendant longtemps alors que le violeur est presque célébré. Oui, c’est aussi ça la famille en Afrique ! Dommage.

Perpétue Houéfa AHOMAGNON

Diplômée en journalisme audiovisuel, j'ai découvert après mon cursus universitaire, l'univers des blogs, de la rédaction web. Depuis, je me suis presque auto-formée dans le domaine. Des formations par ci par là, des cours en ligne, tout ce qu'il faut pour me perfectionner et utiliser ces nouveaux médias pour atteindre mes objectifs. Je suis en fait une passionnée des nouveaux médias, des femmes, des jeunes, de la vie au niveau local. Je suis intéressée par les sujets sur l'Afrique, sur la situation des femmes et des enfants sur le continent mais aussi par le développement local. Et c'est ce que je traite à travers mes articles sur ce blog. " La confiance en soi est le premier secret du succès" Ralph Waldo