La Tacticologie : L’écart des quarts, le bilan d’un bel élan.

Par le 05/07/2018 0 61 Views

Tout fantasme écarté nous savions, -en tout cas, pour ceux qui savent peu du football- que les deux poids deux mesures du cuir rond n’iraient point loin dans cette compétition. Tant leur équipe nationale ne portait aucune attente telle une frappe complètement ratée. Les dieux Ronaldo et Messi sont venus, ils ont vu, ils ont été vaincu.

L’Argentine doit tout reprendre. L’équipe vieillissante de Lionel Messi n’a rien montré clairement dans cette compétition. Il faut reconnaître que le faux départ face aux vikings islandais a contrarié les plans de l’albiceleste. Bien entendu l’une des pierres dans les crampons de cette équipe c’est Sampaoli. Sans vision, sans plan de jeu. Tout le monde veut juste savoir comment il a gagné avec le Chili. Messi n’échappera pas au lynchage vu le fantôme qu’il a fait paraître. Son saut d’humeur est attendu sur la suite de sa carrière, sachant que Icardi ne va pas divorcer de l’ex femme de son meilleur ami.

Le Portugal n’avait rien non plus d’extraordinaire à part Ronaldo. Certains joueurs ont du talent certes, mais ils sont à des années lumières de la maturité. C’est bien un triplé contre l’Espagne, ce sera tout pour Monsieur-Abdo avec un petit bonus. Ronaldo sort par la petite porte la tête haute cependant. Le regard plein d’envie et de détermination. Ce qui justement était totalement inconnu des équipes africaines parties en Russie pour la santé. Le Portugal peut grandir. Époux du challenge, Ronaldo met encore la barre haute en donnant rendez-vous pour 2022.

Quant à l’Espagne remercions Iniesta nous qui l’avons vu jouer, connu et aimé. Il n’a pas d’ennemi. Légende !

L’écart des quarts.
La France, l’Angleterre, le Brésil, la Belgique tiennent le rang de favoris.

Alors que les poulains de Deschamps ont sorti leurs dents et fait d’une bouchée l’Argentine, Cavani s’est chargé d’en finir avec le Portugal à lui tout seul. Le face à face Uruguay – France s’annonce électrique. Griezmann absent depuis la compétition, se « sent à moitié Uruguayen ». Suarez mordant, l’a bien remis en place. Le match a commencé. Et Suarez : 1 – Griezmann : con.

Le Brésil est de plus en plus autoritaire sur le terrain. Et enfin Neymar qui retrouve son niveau sans doute libéré des sorties du couple Ronaldo-Messi. Il veut tous les projecteurs quitte à rouler du terrain aux gradins. Le Brésil n’est pas là pour s’amuser. Le Mexique peut témoigner.

La Belgique a eu de la peine. Erreur de casting du sélectionneur Martinez. Sans incidence cette fois. Pour jouer le Brésil cependant il va leur falloir réussir le onze de départ. Sinon ce sera le départ des vingt-trois.

L’Angleterre est de plus en plus ennuyeuse. Lors de leur dernier match, mentalement les anglais étaient loin du compte. Si les égalisations les sortent des matchs, on peut s’attendre au démarrage du championnat anglais plutôt que prévu.

La Croatie, la Suède, la Russie et l’Uruguay, invités surprises ?

On ne peut pas le dire pour tous. Des équipes riches soit au milieu, soit en défense, soit en attaque. Leur qualité c’est déjà d’être sans star incontournable. Tout le monde est utile et à son niveau. Des équipes équilibrées et combatives. Donner tout, du sang et de la sueur c’est leur devise et leur style. Elles remplissent bien la première condition d’une telle compétition : L’endurance.

Les affiches des quarts sont pleines et riches on ne peut pas demandé mieux. Sans Ronaldo, sans Messi la balle ne s’est pas arrêtée. Cependant elle roule…

Tout foot à croire que l’ère Neymar, Mbappé, Kane, De Bruyne, Hazard… et surtout de Giroud peut enfin souffler et surfer sur la braise Messi-Ronaldo qui va droit au cendre…


Qui voyez-vous au prochain carré ? Faites vos jeux!

Le Tacticologue